Vous êtes ici
 > 
La base documentaire
ISD Community
La plateforme communautaire ISD Community
Une communauté et un réseau de dirigeants

"La Base Documentaire intégrée à ce site est importante. Faites une lecture rapide des titres et arrêtez-vous sur vos centres d'intérêts, la structure des textes s'y prête bien. Vous trouverez toujours en tête de chaque chapitre un sommaire qui vous permettra de sélectionner les textes en fonction de vos intérêts particuliers sans perdre de temps." D.S.

Brèves de dirigeants

DASSAULT SYSTEMES – BERNARD CHARLES, DG (Publié le 28/11/2017)

En 2017, l’impression 3D, c’est une réalité. Nous avons déjà des pièces d’avions en « 3D printing » qui volent ! L’impression3D est de nature à changer le business model de l’aéronautique. Les compagnies aériennes qui ont une activité de maintenance comme Air France ou Lufthansa s’intéressent à l’impression 3D de pièces d’avions. A terme, elles n’auront plus besoin d’avoir d’énormes stocks de pièces dans des dépôts parfois éloignés des lieux d’intervention. Il suffira d’avoir une structure légère avec des imprimantes 3D connectés à une bibliothèque  de pièces pour fabriquer localement au plus près de l’avion. A l’automne 2017, nous allons lancer ce que j’appelle le « Airbnb du 3D printing ». Il s’agit d’une plateforme virtuelle disponible dans 140 pays, qui offrira un service en ligne, en mettant en relation des donneurs d’ordre avec des sous-traitants disposant d’imprimantes 3D, dont les compétences « matchent » avec la demande.  (Le Figaro, 20/06/2017, Propos recueillis par Véronique GUILLERMARD). 

Les DNVB - Digital Native Vertical Brands

"Elles sont nées en ligne mais ne vendent pas que sur Internet. Elles éliminent tous les intermédiaires mais ne vendent pas des produits low cost. Elles maîtrisent les réseaux sociaux sur le bout des doigts mais racontent aussi leurs histoires en boutique. "Elles", ce sont les Digital Native Vertical Brands ou DNVB."

"A quoi reconnaît-on une DNVB ? Cinq caractéristiques les distinguent : un positionnement relativement haut de gamme, une forte spécialisation, une place prépondérante des réseaux sociaux dans leur stratégie de croissance, Instagram, Face book, une incursion dans le monde physique et, enfin, une part belle à l'expérience" (Source L'Usine Digitale 17/10/2017)

Voir Tweet du 18/10/2017

L’entreprise doit être conduite pour créer de la valeur a long terme : « maximiser la valeur pour l’actionnaire » conduit inévitablement a une perspective de court terme.

"Depuis plusieurs mois, nombre de patrons des géants mondiaux de l'agroalimentaire et des produitrs de grande consommation, de Nestlé à Unilever en passant par Procter & Gamble et Danone, subissent les coups de boutoir d'actionnaires activistes qui imposent un nouveau standard de rentabilité. Third Point réclame à Nestlé de monter sa marge opérationnelle entre 18% et 20% en 2020, contre 15,3% en 2016. Leur recette : réduire les coûts et les investissements. Peu importe que les ventes baissent si les profits augmentent, au moins les premières années." "Se contenter de maximiser la marge ne crée pas un modèle durable et risque d'entrainer de mauvaises choses" a jugé le patron de Nestlé, rappelant "la trinité: croissance, profitabilité et efficacité du capital" et la nécessité d'investir en R&D comme en marketing. (Source: Le Figaro Eco. 27/09/2017 - Ivan Letessier)

Divisez votre entreprise en petites unités

C’est gagner de l’agilité et de la rapidité dans les prises de décision, c’est donc avoir un avantage compétitif important dans un monde où le mouvement est continu, où les technologies changent rapidement et la durée de vie des produits est de plus en plus courte. C'est donner aux collaborateurs de l'entreprise le pouvoir d'innover et de développer des activités nouvelles au sein de microstartups. C’est donner le droit a l’erreur sans quoi, il n’y a pas d’innovation possible.

« Donnez de la liberté aux salariés, ils vous éblouiront »

(En savoir plus : voir « Prééminence de l’immatériel §5) - Publié le 25/07/2017

Les deux visions du monde

Avec la globalisation croissante de l’économie, nous allons nous trouver confrontés, pour la première fois dans l’histoire, à un monde asiatique dont la puissance économique devient comparable à celle de l’Occident. Il s’agit de comprendre qu’aujourd’hui la  compétition va non seulement devenir plus intense, mais surtout va se dérouler entre des pays qui n’ont pas les mêmes conceptions philosophiques du monde, les mêmes rapports au temps, les mêmes conceptions de la place de l’individu dans la société, les mêmes logiques de pensée…et qui de ce fait ne vont pas respecter les mêmes règles du jeu. C’est une véritable rupture. Jusqu’à présent, nous étions certes confrontés à une diversité culturelle mais celle-ci restait cantonnée dans un univers relativement homogène, celui des pays occidentaux. Nous sommes maintenant soumis à un choc culturel auquel nous ne sommes pas réellement préparés.  En savoir plus, voir la page Japon. (Publié le 17/07/2017)

Le « Big Data » exige la mise en place d’un système de gestion de données unifié et distribué

Un système de gestion de données unifié fondé sur une plateforme numérique unique où toutes les données sont versées et largement distribuées par l’intermédiaire d’APIs (ou Connecteurs de données) à tous les collaborateurs de l’entreprise. C’est donc privilégier les processus transversaux et la valorisation des fonctions transversales à même d’extraire de la valeur des données collectées (Transition vers le Service, Valeurs d’Usage, Surveillance et Maintenance des Machines…) au détriment de l’organisation en silos et induit une nouvelle forme de fonctionnement largement décentralisée plus à même d'extraire de la valeur des données. En savoir plus, voir la page Numérique

(Publié le13/07/2017)

Manager dans un monde multipolaire

Les Accords Bilatéraux qui se sont créés partout dans le monde peuvent être sources de complexité et de coûts pour les entreprises mais ils sont aussi des opportunités lorsque l’on veut choisir une implantation commerciale ou industrielle. Ce choix est stratégique compte tenu des niveaux de droit de douane à l’entrée dans certains pays. La constitution d’ensembles régionaux autour de Zones de Libre-échange, en particulier en Asie, permet un développement plus aisé et rentable en supprimant le coût des droits de douane. Il est indispensable de bien connaitre ces ensembles avant de définir une stratégie d’implantation dans les Pays Emergents. On peut se demander d’ailleurs si ces grandes zones de libre-échange ne préjugent pas des nouveaux Centres de Pouvoir qui vont structurer le monde Multipolaire dans le futur. La structure de l’organisation de l’entreprise peut-elle être influencée, guidée par ces nouvelles zones de libre-échange en lieu et place d’une organisation par pays ?  (Voir "Manager dans un monde multipolaire") (Publié le 13/07/2017)

Le Network Orchestration

Dans un environnement qui exige la flexibilité, les changements, le mouvement, les actifs tangibles sont souvent trop statiques et rigides pour constituer un atout. Ils ont l’inconvénient de figer les situations. La propriété des moyens de production limite toujours plus ou moins le degré de liberté dans le service à apporter au client.

Lorsqu'une entreprise possède ses propres moyens de production, elle peut avoir tendance  à donner priorité à l'utilisation de ses capacités de production au lieu de répondre aux besoins réels de ses clients

Le "Network Orchestration", par contre, identifie d'abord les besoins spécifiques du client et met en place une Supply Chain de production et de service dédiée.
La flexibilité est alors maximum : “Les coopérations offrent l’avantage de la flexibilité, c’est à dire la possibilité d’alliances à géométrie variable en fonction des programmes et des besoins qui varient dans le temps”

(Pour en savoir plus: Voir la page "Explosion des Chaînes de Valeur", § 4) Publié le 2/06/2017

Réintroduire l’humain dans les stratégies de l’entreprise

Ne jamais oublier que l'humain est à la base du développement et de la compétitivité de l'entreprise et pourtant, devant la pression de la concurrence mondiale, les entreprises ont trop souvent privilégié la recherche de productivité au détriment de l'humain !
Réintroduire l’humain dans les stratégies de l’entreprise, c’est revaloriser la notion de coopération entre individus, c’est rééquilibrer les valeurs de compétition et de coopération, c’est redonner le sens du plaisir dans le travail, c’est reconnaitre que trop de stress devant des objectif à court terme souvent difficiles à atteindre, sinon inatteignables, est destructeur d’innovation et isole l’individu devant la concurrence de ses pairs, ce qui est antinomique avec le partage des connaissances créateur de valeur.  (Publié le 22/05/2017)Voir  le dossier prééminence de l'immatériel dans la  rubrique ruptures

Une Gouvernance « Responsable »

S’appuie sur la volonté de concilier développement économique, protection de l’environnement et développement humain. C’est un véritable changement de paradigme.
Les entreprises ont besoin d’avoir des administrateurs à même de comprendre l’impact de leurs décisions sur les Employés, l’Environnement et la Société, et pour cela il est nécessaire qu’ils reçoivent les informations qui leur permettent de porter un jugement.
Les dirigeants d’entreprises ne sont pas habitués à présenter les performances de leur entreprise sous les trois aspects financiers, environnementales et sociales et  les administrateurs ont encore de la difficulté à concevoir que les résultats de l’entreprise puissent être partagés entre ces trois objectifs (ce que les Américains appellent « The company’s triple-bottom-line performance ») ils se sentiront toujours liés par leur responsabilité financière de «  Maximiser la valeur pour les actionnaires » Voir la page Nouvelle gouvernance

 

TWI - Le Job Method Training (JMT)

Est centré sur la façon de générer et de mettre en œuvre des idées d’amélioration et de simplification des méthodes par les opérateurs eux-mêmes ou Comment Améliorer votre Productivité de 20 à 30 % tout en Valorisant les Opérateurs sur leur Poste de Travail

Le Job Method Training s'appuie sur l'examen des trois types génériques de travaux:
- Les flux de matières (matières premières et sous-ensembles) et les manutentions,
- Le travail de la machine,
- Le travail manuel

Les améliorations proviennent, d'une meilleure utilisation des hommes et des machines et d'une meilleure maîtrise des flux et des manutentions, et ceci, par Elimination de l'inutile, Simplification du travail et Renforcement de la sécurité : "Les opérateurs n'ont ni à travailler plus durement, ni plus vite" Voir TWI

ISD Community